Non au mac do de l’esprit: Je vous aime Charlie

Il y a  certaines choses terrifiantes dans la vie…
L’assassinat de Charlie Hebdo en est une.
La fatwa lancée 200 ans après notre révolution française pour réduire au silence Ahmed Salman Rushdie en est une autre.
J’éprouve un sentiment proche de celui du onze septembre, mais avec l’espoir en plus : On a touché le fond. Les tentatives de récupérations ne marcheront pas.
Rejouer le coup des guerres de civilisation est certes à la mode, mais la ficelle est un peu grosse et surtout usée. Il serait peut-être temps de cesser ces visions réductrices qui associent islam et meurtres et se poser des questions de fond :
Comment a réagi la société espagnole devant les attentats d’ETA tuant des milliers de civils espagnols, oui des milliers! A t’on assimilé pour autant basque et terrorisme ?
Et l’Angleterre protestante avec l’IRA? Les catholiques étaient-ils tous  suspects ? A t’on rallumé les guerres de religion ?
Et Israël avec l’attentat contre Yitzhak Rabin où, curieusement, le pays semble s’être laissé emporté par son agresseur d’extrême droite qui aura réussi à tuer non seulement l’esprit d’un homme mais aussi, et surtout un processus de paix !
On peut donc choisir après un acte comme celui-ci, et cela peut-être un choix fondateur.
La France est à la croisée des chemins, mais pas sur le chemin des croisés comme cela plairait à certains… Car, je crois que les français ne sont pas les rhinocéros de Ionesco. J’ai décidé de croire en mon peuple, en mon pays.

Dans ces moments complexes, une hygiène de la tête est néanmoins conseillée : Tout d’abord éviter les quarante mille analyses en boucle de ces médias qui font du sensationnalisme, des larmes et vendent du temps cerveau disponible… Ne pas s’isoler pour autant mais écouter les médias avec parcimonie en sélectionnant des sources variées et de qualité.

En effet, les cinq sens forment notre perception et nous permettent d’accéder à une réalité partielle.
Telle notre cuisine qui cultive le goût, il nous faut donc aussi cultiver la liberté de penser. Et pour cela, éviter les mac do de l’esprit. C’est à mon sens le meilleur hommage que l’on puisse faire à ces hommes libres morts dans leur art. Oui, je vous aime Charlie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.