Gilets Jaunes : De l’état à l’étau

Une dimension venait d’être dépassée par ton pouvoir en place. Un pallier avait été franchi.

Les français avaient voté pour toi et contre l’extrême-droite. Pourtant, c’était bien avec Brutalité que tu gouvernais la France.

Contre les gilets jaunes, ta violence avait explosé telle une de ces grenades assourdissantes contenant de la TNT dont tu as le secret.

Combien de mains arrachées, d’éborgnés et de morts te faudrait-il pour assouvir ton fantasme viril d’homme fort d’un autre siècle ?

La France, pays des droits de l’homme disais-tu fièrement, était pourtant le seul pays européen à utiliser de telles armes contre son propre peuple.

Et de par tes actes, tu te confondais chaque fois un peu plus avec cette extrême-droite que tu prétendais combattre.

Bas les masques. Dictateur aliénant par élucubration, nous découvrons ton vrai visage, et te détestons à la hauteur du mépris que tu éprouves envers nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.