Les sables mouvants de la déprime

Je sentais soudain une angoisse, cette envie d’en finir avec cet amour qui m’attache et m’empêche.
Je voulais rentrer, rompre immédiatement, sans explications qui ne seraient que de lâches justifications.

Rompre en quelques mots d’une violence inouïe
— je ne t’aime plus
Et le sol se déroba sous ses pieds
— nous ne sommes pas compatibles
Vague excuse exprimant un moment de faiblesse

Car le véritable problème n’était pas l’amour mais que je me sentais m’enfoncer doucement dans ces sables mouvants de la déprime dont je devais à tout prix m’extraire immédiatement, dans un effort surhumain de concentration sur cet Amour que j’aime tant.

Cet Amour doux, vulnérable, qui le fait tant de bien et qu’il faut défendre comme une lionne avec ses petits quitte à y laisser sa peau.