Phénoménologie, traduction du texte d’Evan Thompson et Dan Zahavi

PHENOMENOLOGY est un texte d’Evan Thompson et Dan Zahavi, traduit par Antoine Brunel le 15 Février 2019.

Extrait

Les recherches scientifiques actuelles sur la conscience visent à comprendre comment elle découle du fonctionnement du cerveau et du corps, ainsi que les relations entre l’expérience consciente et le traitement cognitif. Pour avancer dans ces domaines, les chercheurs ne peuvent manifestement pas éviter un certain nombre de questions conceptuelles concernant la nature et la structure de la conscience, comme : Quelle est la relation entre l’intentionnalité et la conscience ? Quelle est la relation entre la conscience de soi et la conscience ? Quelle est la structure temporelle de l’expérience consciente ? Qu’est-ce qu’imaginer ou visualiser une chose et en quoi ce genre d’expérience diffère-t’elle de la perception ? Comment l’expérience corporelle est-elle liée à la conscience de soi ? Ces questions ont été examinées en détail par la branche philosophique de la phénoménologie, créée par Edmund Husserl (1859-1938) et développée par de nombreux autres philosophes au cours du XXème siècle. Cette section offre une introduction à cette tradition et à sa manière d’aborder les questions en rapport avec la conscience. Nous traiterons tout d’abord de certains aspects de la méthodologie phénoménologique, puis nous présenterons certaines des propositions phénoménologiques, les plus importantes, influentes et durables concernant divers aspects de la conscience. Ces aspects comprennent l’intentionnalité, la conscience de soi et la perspective en première personne, la conscience du temps, l’incarnation et l’intersubjectivité. Nous mettons également en lumière quelques manières pour connecter la phénoménologie avec les sciences cognitives afin de suggérer certaines pistes que la recherche sur la conscience pourrait emprunter dans les années à venir.

Mots clés

Phénoménologie, intentionnalité, incarnation, conscience du temps, temporalité, conscience de soi, intersubjectivité, neuro-phénoménologie

1. Introduction 

Les perspectives continentales contemporaines sur la conscience découlent totalement ou en partie de la Phénoménologie, la tradition philosophique inaugurée par Edmund Husserl (1859-1938). Cette tradition est l’un des principaux mouvements philosophiques du siècle dernier et regroupe les principaux philosophes européens du XXème siècle, notamment Martin Heidegger, Jean-Paul Sartre et Maurice Merleau-Ponty, ainsi que d’importants représentants nord-américains et asiatiques (Moran, 2000). Puisque pratiquement toutes les personnalités de la philosophie allemande et française du XXème siècle, y compris Adorno, Gadamer, Habermas, Derrida et Foucault, ont été influencées par la phénoménologie et que celle-ci est à la fois la condition préalable essentielle et l’interlocuteur constant d’un ensemble de théories et d’approches postérieures, notamment l’existentialisme, l’herméneutique, le structuralisme, la déconstruction et le poststructuralisme, la phénoménologie peut donc être considérée comme la pierre angulaire de ce que l’on appelle souvent (de manière quelque peu fallacieuse) la «Philosophie Continentale».

            La tradition phénoménologique, comme toute autre tradition philosophique, recouvre de nombreuses positions et perspectives divergentes. Cela s’applique également à ses traitements et analyses de la conscience. A l’instar de la philosophie analytique, la phénoménologie n’offre pas une mais plusieurs explications de la conscience. La discussion suivante est donc nécessairement une sélection. Les analyses de Husserl en constituent le référentiel principal et la discussion est centrée sur certaines des propositions concernant la conscience qui nous semblent les plus importantes, influentes et durables. Ces propositions ont émergé des analyses et du développement postérieur de la tradition phénoménologique. De plus, au cours des dernières années, un nouveau courant de philosophie phénoménologique est apparu en Europe et en Amérique du Nord. Ce courant remonte à la source de la phénoménologie dans la pensée de Husserl, mais aborde des sujets de préoccupation de la philosophie analytique contemporaine, de la philosophie de la psychologie et des sciences cognitives. (voir Petitot, Varela, Pachoud & Roy, 1999 et the new journal Phenomenology and the Cognitive Sciences). Cet important axe de recherche phénoménologique alimente également notre discussion. En conséquence, après la présentation de certaines caractéristiques de la méthode d’investigation phénoménologique dans la section 2, nous nous concentrerons dans les sections 3 à 7 sur les sujets suivants en rapport avec les sciences cognitives et la philosophie de l’esprit: l’intentionnalité, la conscience-de-soi et la perspective en première personne, la conscience du temps, l’incarnation et l’intersubjectivité.

Pour télécharger la traduction complète: