L’enseignement à distance déplacé

Monsieur, si je vous envoie cette missive dont le contenu relèvera peut-être d’une certaine insolence, c’est tout d’abord pour vous faire part de mon désarroi concernant ce que vous nommez fort bien enseignement à distance.

En effet, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il était déplacé, et ce déplacement ne devrait pas être si curieux puisqu’il s’agit bien d’enseigement à distance.

Mais, de quel enseignement s’agit-il donc réellement cher monsieur, et bien mieux d’ailleurs devrais-je vous appeler maître afin de replacer ma missive dans toute la révérence qu’elle exige envers votre noble personne….

Car maître, qu’enseignez-vous donc? Car tout au plus, vous écrivez ! En effet, je n’eus jamais le plaisir, que dis-je, le privilège d’entendre la douceur de votre voix ou bien mieux encore de voir la vigueur de votre visage…

Non maître, les étudiants à distance sont bel et bien relégués dans une seconde zone, dans laquelle ils ne disposent pas des mêmes privilèges que les autres…

Oui maître vos étudiants à distance sont bel et bien déplacés dans un espace déshumanisé. L’accès à vos lumières ne se fait qu’au travers d’une froide interface qui, de graphique, ne porte guère que le nom …

Car y règnent la confusion des erreurs et l’âpreté des écrits philosophiques qui superposés rendent ma tâche pour le moins impossible…

Seule votre présence et votre humanité pourraient y remédier mais vous avez commis cette erreur fatale de croire que l’élève peut travailler seul…

Non maître, même à 40 ans il lui faut un guide, un tuteur sans quoi c’est le découragement assuré…

Il y a une froideur dans cette manière d’ enseigner qui annihile l’envie et congèle les méninges dans une forme de réchauffement dogmatique inversé…

Les professeurs peuvent certes vaquer à leurs occupations, s’émerveillant sans doute de ces étudiants qui apprennent enfin seuls sans emmerder personne…

Mais les étudiants souffrent de la distance de leurs maîtres, qui leur semblent tout aussi éloignés que les origines du big bang…

De l’humain de l’humain de l’humain monsieur, pardon, Maître! Mais pourquoi est-ce donc impossible, ou bien voulez-vous renforcer encore l’isolement des philosophes entre eux ?

Peut- être n’est-il point adapté à cette forme d’enseignement penserez- vous peut-être… Mais je suis pourtant programmeur informatique autodidacte monsieur !

Et tel un chien affamé mendiant un petit reste d’os, je vous demande la voix et le son, mais je me contenterais a minima d’un forum de questions réponses… Et, manquant d’humain pour transmettre la connaissance, j’échouerais dès lors à nouveau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.