Le sourire

Je t’attends près d’un lampadaire, il pleut quelques gouttes sur une Barcelone grise,
Je regarde autour de moi, respire une odeur de cigarette.
Tu n’es pas encore arrivé, tu es en retard, je ne devrais pas me sentir nerveux -je t’ai vu la semaine dernière pourtant, ou était-ce il y a deux semaines? Le temps passe si vite … – même si les circonstances étaient … Particulières!
J’ai mis une chemise aujourd’hui. En ce moment je mets beaucoup de chemises, il s’agit de passer un cap

Un cap, un pic, une péninsule comme dirait l’autre

Je ne suis pas sûr d’avoir très envie de te revoir en fait, je sens que cette rencontre va être différente, la tension s’est apaisée entre nous,
Or c’était la tension qui nous opposait, pourquoi une telle tension s’était crée entre nous, je ne comprends pas,
Désir d’opposition peut-être? Pourquoi dans l’Amour, il y a toujours une opposition comme dans ce film dont j’ai oublié le titre …
« The deep blue Sea », histoire d’une passion entre deux personnes qui n’ont rien à faire ensemble,
Film pendant lequel j’ai dû soupirer une bonne centaine de fois …
Mais qui a dit qu’il faut avoir des points communs ou être d’accord pour s’Aimer profondément?
Au XIXème siècle, il fallait être un bon parti. Au XXIème il faut partager les mêmes valeurs.
Vastes conneries, méconnaissance généralisée de l’Amour.

Tu n’arrives toujours pas, cinq minutes de retard c’est absolument scandaleux même si en Espagne c’est au moins dix minutes d’avance …
Absolument scandaleux et donc tout à fait normal. Je stresse, donc je respire profondément.
La chemise à carreaux est très importante, j’ai bien fait de la mettre.
C’est toi qui me l’avait acheté d’ailleurs … Je ne m’en étais pas rendu compte en la mettant …
J’ai même fait exprès de ne pas mettre ton pull qui me va bien, juste pour ne pas le porter, Ton Pull, et voici que je porte la chemise que tu m’as offerte …
J’ai pourtant pris la première qui venait, enfin c’était la plus belle, celle qui m’a attiré l’oeil,
Jolis carreaux bleus et roses, c’est Forcément parce que c’était la plus belle chemise que je l’ai choisie, et pour aucun autre raison …
C’est toujours quand on essaie de démontrer le contraire de ce que l’on ressent que l’inconscient fait tout foirer …
Comme pour dire « Hé Oh, je ne suis pas dupe, ne le sois pas ton plus! »

J’ai l’impression qu’il pleut beaucoup mais c’est juste pour être en colère,
J’ai très envie d’une cigarette pour paraître occupé,
Prendre cet air détaché qui sied si bien à la situation
– Tu penses à quoi?
– Non non, à rien …
Plante verte, palmier, cactus au Sahara …

Tu arrives enfin, je ne t’ai pas vu arriver, tu es soudain face à moi.
Et puis il y a ce sourire qui s’imprime sur ton visage, un sourire qui semble incontrôlable et m’envahit aussi,
Je ne peux pas m’empêcher de sourire, ça sort de l’intérieur, ça fait du bien alors …
Je continue de sourire et j’ai très envie de te prendre dans mes bras …
Même si plus rien n’est possible entre nous, même si tout est brisé à tout jamais,
Nous nous aimons encore, et pour toujours probablement,
Il va falloir s’y habituer, encore un, l’admettre, refuser le deuil, laisser l’Amour respirer.

Alors qu’on aurait pu se tomber dans les bras, se faire du bien,
Mais non, il y a la peur que « ça recommence »,

Relation, Vie en commun, entre Chiens et Chats,

Incompréhensions, Engueulades permanentes,

Demandes d’Amour ignorées, souffrances …

As-tu perçu mon trouble?
Très vite -trop vite d’ailleurs- il faut reprendre le contrôle, garder la face, sortir le revolver du tiroir,
Retrouver cette petite raideur telle une marque de fabrique.
Le cessez-le-feu s’efface, la conversation sans intérêt reprend, et le duel aussi.
Je te trouve beau, plus que la semaine dernière où j’étais ailleurs …
Tu parles beaucoup comme d’habitude, je parle un peu, tu m’énerves déjà …
Je n’hésite pas à te couper la parole car c’est la seule manière d’en placer une.

Tu me parles de ce garçon que tu as rencontré,
Et avec qui tu sors depuis un mois et -comme c’est étrange- qui porte le même prénom.
Il vit en Irlande, il ne pouvait pas vivre à Barcelone, bien sûr, tu n’es pas prêt pour une relation…
Ah oui, vous avez beaucoup en commun, tant mieux…
Et en plus vous aimez la même musique et avez le même sens de l’humour!
Reproches cachés, c’est parfait, oui je suis content pour toi, je m’en fous en fait,
Je suis même soulagé que tu ne sois pas disponible,
Au moins une assurance de plus pour que « ca » ne reprenne pas …
Tu me testes … Soit …
Plante verte, palmier, cactus au Sahara … J’écoute calmemement …

Bien que n’étant Absolument Pas jaloux, c’est à dire en l’étant forcément, je réplique par un coup bas!
Tu veux la guerre, tu l’auras, il ne fallait pas me provoquer en me parlant en long en large et en travers de lui!
A trop agiter le drapeau, le taureau se réveille souffle, se prépare,
L’opposition reprend, la machine infernale est en marche, me parler de ce garçon pendant 30 minutes c’est trop,
Je dois dire quelque chose, parler un peu de ce que je vis aussi …
Ne pouvait-on pas parler d’autres choses? N’avait-on pas des choses plus importantes à se dire?

Je dégaine, après 30 minutes de silence, ce n’était pas prémédité, ça sort tout seul …
– J’ai pris le numéro de téléphone de ce garçon, celui de ma salle de sport …

… Qui M’attirait Déjà Quand Nous Étions Ensemble.

(Précision totalement inutile)
Tu te souviens?
(M’as-tu bien compris?)

– … Oui mais s’il t’a donné son numéro de téléphone alors qu’il est en couple, il n’est probablement pas très sérieux …
Désir de me voir célibataire …

Je ne veux pas que tu sois seul, ce serait dommage, tu es un mec bien

(Mail de rupture, je n’en crois pas un mot)

Un garçon pas très sérieux donc …
C’est parfait, c’est exactement ce qu’il me faut, un peu d’air et de silence Por Dios!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.